06 81 76 01 95
x
Comment donner une chance à des milliers d'enfants

Remettre en état suite aux inondations (Chennai)

Les inondations ont tout dévasté à Basin Bridge

Aider ce projet


Nous avons besoin de votre aide pour ce projet
Faire un don

Le projet en quelques mots

8 centres Don Bosco ont été particulièrement touchés. Les écoles ont été fermées pendant 3 semaines et les fêtes de Noël 2015 ont été annulées : l’argent qui devait leur être consacré a été donné pour les premiers secours.

Une grande chaîne de solidarité locale – et grâce à vous internationale- s’est mise en place pour accueillir à l’abri des familles entières qui avaient tout perdu. Il a fallu les nourrir, soigner, leur procurer des vêtements secs, un abri, un matelas, des couvertures…

Les volontaires qui ont bravé les inondations

L’élan de solidarité pendant les inondations de Chennaï

Les secours ont été réalisés par des volontaires hindous et musulmans mélangés ; médecins, infirmières ou simples étudiants ; leur énergie a permis des miracles.

Sur le Yelagiri, les familles, même très pauvres, se sont privées pour apporter un peu d’argent afin de secourir les familles de Chennaï. Quel beau témoignage de solidarité !

Les équipes Don Bosco ont pu secourir environ 30 villages autour de Cuddalore, 8 villages à Chingelpet, 12 villages à Thiruvallur, 26 bidonvilles à Chennaï, 7 villages à Kanchipuram.

C’est grâce à ces 186 étudiants de Don Bosco, (dont 20 venus de Tirupattur et du Yellagiri, à 6 h de train de Chennaï) que les secours ont pu être efficaces.
Ces équipes de 2 jeunes ont pataugé dans une boue dangereuse pendant des jours pour permettre de ravitailler les plus isolés.

Grâce à eux ont été distribués 65000 couvertures, 28000 matelas, 90000 habits, 190000 sacs de nourriture….

Nous avons du rénover l’Institut Technique St Joseph de Puliyanthope (Basin Bridge). Cette école est située au nord de Chennaï. Entourée de bidonvilles où s’agglutinent des ruraux en quête de travail (coolies, conducteurs de rickshaw…), cette école Don Bosco permet à des jeunes parmi les plus défavorisés d’accéder à une formation de qualité et gratuite.

150 apprentis y étudient en internat. Des jeunes en échec scolaire y apprennent un vrai métier et échappent ainsi aux gangs qui harponnent les ados au chômage. L’Institut St Joseph s’est spécialisé en mécanique, ferronnerie, imprimerie et menuiserie. Il a une unité de production de menuiserie.

L’école accueille aussi 600 enfants chaque semaine pour du soutien scolaire après les cours et joue un rôle de centre culturel.
Les femmes du bidonville s’y forment en autogestion. Une crèche permet aux mamans d’aller travailler en sachant leur enfant en sécurité.

L’Institut a beaucoup souffert des inondations: l’électricité est totalement à refaire (générateur, salle électrique, câbles).

4 des hangars-ateliers ont été dévastés… Certaines machines et outils doivent être remplacés.
Par ailleurs les éducateurs voudraient profiter des travaux pour agrandir les sanitaires et permettre d’accueillir globalement plus d’enfants ; ces enfants qui ne connaissent dans le bidonville que l’eau polluée.

Après les inondations, au delà des dégâts, nous voulons assurer la reprise de la vie scolaire.

Le chaos provoque des décrochages scolaires qu’il faut à tout prix éviter, en particulier dans les villages de pêcheurs qui ont tout perdu. Nous allons proposer des cours du soir aux élèves qui ont des difficultés à retourner à l’école. 150 élèves doivent en bénéficier rapidement.

Les objectifs

Une cellule de crise s’est mise en place au niveau de Don Bosco et 4 actions prioritaires ont été définies :

  • Approvisionner en nourriture les personnes bloquées dans les bidonvilles inondés
  • Organiser des permanences médicales pour éviter les épidémies (eau polluée) et aider les personnes en état de choc
  • Distribuer du matériel à ceux qui ont tout perdu : matelas, habits, fournitures scolaires, médicaments…
  • Et ensuite réparer, reconstruire les logements et établissements détruits ou très abimés

Nos actions

En savoir plus sur le contexte

En Inde du sud, dans toute la région de Chennaï (Madras), la mousson tant attendue a tout dévasté début décembre 2015.

Il a plu parfois jusqu’à 62 cm chaque jour, pendant 3 semaines !
Ces pluies diluviennes ont causé des inondations sans précédent avec leur cortège de morts et de disparus. Les rues ont été transformées en torrents, des immeubles se sont effondrés, l’électricité a été coupée pendant des jours…

 

Actualités

La vie de l'association au fil du temps